Artiste multidisciplinaire Canadienne-Arménienne, Lousnak, est née à Beyrouth. Alors qu’elle a onze ans, elle fuit avec sa famille la guerre qui sévit au Liban, pour Londres puis Paris avant d’élire domicile à Montréal. 

 

À 17 ans, Lousnak occupe déjà un poste d’assistante directrice artistique au sein du mensuel “Montreal Magazine”. Commence pour elle une longue carrière de graphiste qui l’a conduit à signer la pochette des albums de Lhasa de Sela, Fredric Gary Comeau, Yeszcze Raz, Yves Desrosiers pour lequel elle gagne, en 2003, le prix Félix au Gala de l’ADISQ pour “meilleure pochette de l’année” et bien d’autres. 

 

Sous l’œil critique du grand sculpteur Arto Tchakmakdjian, Lousnak développe ses talents de peintre sculpteur tout en poursuivant des cours d’art visuel à l’UQAM. Elle fait de nombreuses expositions à Montréal, à New York et en France. Également, elle collabore à plusieurs projets aux côtés d’Armand Vaillancourt et co-signe à Paris une exposition de photographie avec Atom Egoyan. Elle est par la suite invitée à exposer ses photographies à Genève puis au musé du film à Munich.

 

Lousnak est aussi actrice. Entre autres, elle interprète le rôle de Shoushan, la mère du peintre Arshile Gorky, dans le film d’Atom Egoyan, Ararat (Gagnant de 5 Genies), qui lui permet de marcher sur le tapis rouge au festival de Cannes au côté, Charles Aznavour, Marie-Josée Croze, Simon Abkarian, Christoper Plummer, David Alpay, et le producteur du film Robert Lantos. 

 

Arménienne d’origine, c’est à travers la musique que Lousnak a pu exprimer l’héritage de ses racines. Auteur, compositeur, interprète, ses chansons sont inspirées de chants traditionnels arméniens. Son premier album "Lousnak" est sorti en 2003.

 

Metteur en scène, elle a signée le spectacle de Forestare (Alexandre Éthier) au Lion d’Or et au Théâtre Outremont, “Mes mondes flous” de Fredric Gary Comeau au Théâtre des Quat’Sous, elle a assuré aussi la mise en scène de ses propres spectacles au Lion d’or, à la Maison de Culture Frontenac et la Cinquième Salle de la place des Arts.

 

Militante de souvenir, Lousnak à choisit la mémoire comme engagement humanitaire et politique. À la fin des années 90 elle crée un événement qui s’appellera éventuellement Parlons Génocides. Un événement multi disciplinaire (chansons, danse, poésie, théâtre etc.) qui a lieu ponctuellement en Avril et qui a pour but de sensibiliser le public aux atrocités passées et présentes par le biais des arts. Elle est présentement en production pour une exposition multidisciplinaire.